L’abbé Laurentin était un ami du professeur Tomatis et de son épouse. On pouvait le rencontrer et le croiser souvent au Centre Tomatis, Paris, boulevard de Courcelles, alors qu’il venait suivre quelques séances audio-vocales pour se recharger entre ses diverses et nombreuses activités ou partager du temps lors d’un repas avec les Tomatis.

En avril 1990, il écrivait un article dans FAMILLE CHRETIENNE, toujours d’actualité sur les travaux de Tomatis que vous pouvez retrouver dans notre rubrique articles :

Il commençait ainsi : “ Les découvertes du Professeur Tomatis sont trop neuves, elles gênent, elles déroutent. Elles provoquent une conspiration du silence …”

et finissait : “ Dans ma pensée profonde, s’il y a un prix Nobel manqué en ce bas monde, c’est bien celui du professeur Tomatis. Mais il n’est jamais trop tard. ”

Elles dérangent toujours car elles sont exigeantes …

Vous pouvez lire également.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *