Halte aux VMC, broyeurs, pompes à chaleur, pompes de relevage, ventilations d’hôtels, de restaurants, bruits de fond provoqués par les résonances de faux plafonds, bruits de machines de chauffage, transformateurs d’électricité, souffleries d’air conditionné, ventilateurs, réfrigérateurs qui pourrissent les nuits de beaucoup…

L’oreille a besoin de stimulation, certes, même la nuit, car le muscle de l’étrier (le plus petit muscle du corps) travaille jour et nuit , afin de « nourrir » l’oreille et le cerveau de stimulations. En effet les sons perçus pendant la nuit sont aussi source d’énergie, mais il s’agit de bien définir lesquels: des sons de qualité, de faible intensité et principalement dans les aigus (sons de recharge).
Par exemple, le chant du grillon, le souffle du vent, de la pluie, l’intensité vibrante du silence qui dépend bien sûr de la chambre ou de l’endroit où l’on se trouve, le murmure d’un ruisseau, d’une rivière, des voitures qui passent au lointain. Autant de sons qui font du bien s’ils ne sont pas trop forts et surtout pas en continu.

Par contre, les bruits permanents ou semi-permanents de toutes ces installations nouvelles qui ne laissent aucun répit à l’oreille et l’entraînent vers les graves, voire les très graves (sons de décharge) sont particulièrement néfastes, épuisants, voire dangereux pour l’organisme qui est souvent « bousculé » et perturbé dans son équilibre par ses vibrations puissantes qui ne le laissent pas reposer.
Elles sont d’autant plus vicieuses qu’elles sont souvent à la limite de l’audible : un léger ronron dirait certains pourtant si toxique !!

Alors s’il vous plaît, hôteliers, restaurateurs, voisins « si possible » bien intentionnés, éteigniez vos installations au moins la nuit et respectez le repos de chacun.
L’exposition répétée aux sons graves entraîne toutes sortes de troubles:

Fatigue – Déprime, voire dépression – Perte d’équilibre – Perturbation émotionnelle liée à un sommeil non récupérateur.

Attention aussi aux bouchons la nuit. Ceux-ci ne vont pas résoudre le problème, ils vont même l’aggraver car en se coupant des sons nocifs, les bouchons couperont également les « bons » … en effet si la musculature de l’oreille n’est plus en activité la nuit, elle va peu à peu se détendre et être de moins en moins efficace, même le jour, rendant ainsi la personne qui utilise des bouchons de plus en plus sur-sensible aux sons, sa musculature n’étant plus assez tonique pour protéger l’oreille. On commence à devenir hyperacousique

Le Professeur Tomatis nous relatait souvent le cas d’une personne ayant utilisée trop longtemps des bouchons d’oreille et qui était contrainte de se promener en journée avec un casque sur la tête pour se protéger des sons extérieurs devenus trop agressifs pour elle.

Idéalement, il faut fuir tous ces bruits ou sons néfastes et épuisants …

Vous pouvez lire également.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *